La iatrogénie médicamenteuse

 

LA IATROGÉNIE MÉDICAMENTEUSE

 

Les personnes âgées sont particulièrement exposées au risque de iatrogénie médicamenteuse

 

Les personnes âgées souffrent souvent de plusieurs maladies chroniques et utilisent donc quotidiennement plusieurs médicaments. Cette polypathologie et cette polymédication s’accompagnent d’un risque accru de prescriptions inappropriées, d’interactions entre les médicaments et d’effets indésirables.

 

  • En moyenne, les personnes entre 75 et 84 ans consomment 4 médicaments par jour1
  • La moitié des personnes de plus de 75 ans prennent au moins 5 médicaments durant un trimestre2
  • Une utilisation de médicaments inappropriés a été retrouvée chez 53,5 % des patients de plus de 75 ans3

 

Un enjeu de santé publique

 

La iatrogénie médicamenteuse chez les personnes âgées représente, par le nombre important et croissant de sujets concernés et par ses conséquences, un véritable enjeu de santé publique.

 

  • Près de 6 millions de personnes sont âgées de plus de 75 ans en France (INSEE)
  • La iatrogénie médicamenteuse est responsable de 128 000 hospitalisations par an (Ministère des affaires sociales et de la santé)
  • 20 % des hospitalisations des patients de plus de 80 ans sont dues à la iatrogénie médicamenteuse

 

Sachant que 90 % des personnes âgées vivent à leur domicile (INSEE) et que 75 % des prescriptions sont réalisées par les médecins généraliste1, l’efficacité de la lutte contre la iatrogénie médicamenteuse chez les personnes âgées passe par un renforcement des moyens mis en œuvre dans le secteur des soins primaires, médecins traitants, pharmaciens, infirmiers et kinésithérapeutes en particulier.

 

 


1 S. Legrain, Consommation médicamenteuse chez le sujet âgé, HAS, 2005
2 M. Monegat, Questions d’économie de la santé, IRDES, n° 204, décembre 2014
3 Etude paquid, www.isped.u-bordeaux2.fr/recherche/paquid/2004-resultats-paquid.pdf